fbpx
Je n’aime pas le solfège ! C’est grave ?

Je n’aime pas le solfège ! C’est grave ?

Lorsque l’on pense piano, on pense tout de suite solfège. On imagine que grâce au solfège, on va pouvoir apprendre à jouer du piano et qu’il est pourtant difficile de l’apprendre. C’est l’une des premières croyances limitantes, l’une des premières barrières qui vont venir entraver, voire annihiler votre progression.

Le solfège, c’est quoi ?

Le solfège est un terme qui regroupe plusieurs compétences. C’est la connaissance et la mémorisation de la notation musicale tout en développant son oreille, son rythme et de la théorie. Or, on peut apprendre tout cela justement en apprenant le piano et c’est beaucoup plus efficace ainsi.

Apprendre à lire la musique sans la jouer est très inefficace. La musique doit avant tout se ressentir. Sur-intellectualiser le processus d’apprentissage n’est ni bon ni naturel. Le peuple des Tziganes joue merveilleusement bien alors qu’il ne sait pas lire la musique. Les Africains ont une notion du rythme bien plus solide que la plupart des pianistes, pourtant ils n’ont jamais lu de musique.

Les africains ne connaissent pas le solfège et sont pourtant très forts en rythme
Les africains ne connaissent pas le solfège et pourtant jouent des rythmes très complexes

En apprenant en jouant on se donne plus de motivation, un but et du plaisir.

Les préceptes du Gourou

Une question de motivation

La motivation est selon moi l’élément le plus important qui détermine notre progression. Si vous manquez de motivation, même si vous êtes très doué, vous n’irez pas aussi loin qu’une personne très motivée. La motivation est en grande partie ce pour quoi je suis rentré en huitième année du conservatoire de Nancy après avoir commencé le piano et la musique depuis huit mois.

Pour être motivé, il faut se fixer des objectifs pour ce qu’ils sont et non pour ce qu’ils nous permettraient de faire par la suite. Jouer un morceau que l’on aime est beaucoup plus motivant qu’apprendre à lire une clé de sol avec la méthode traditionnelle du solfège, car vous pourrez rejouer le morceau autant de fois que vous le voudrez par la suite et y prendre plaisir. Vous pourrez même partager et jouer votre morceau à vos proches, ce qui est très gratifiant. Allez lire une portée en clé de sol à votre meilleur ami et vous verrez sa réaction !

Il existe deux types de motivation : la motivation intrinsèque et la motivation extrinsèque. La motivation intrinsèque est celle qui est en nous, c’est celle qui nous pousse à agir uniquement parce qu’on en a envie. La motivation extrinsèque est une motivation qui vient de l’extérieur. Cela peut être une récompense ou alors une punition, ou plutôt l’absence de punition si le travail est bien fait. Le marché du travail fonctionne malheureusement ainsi. Les employés ont le plus souvent une motivation extrinsèque qui est l’argent pour réaliser leur travail. Pourtant les études ont montré que les individus sont plus productifs quand ils obéissent aux normes sociales, quand l’argent n’est pas en jeu. L’argent fait office de récompense et est notre motivation extrinsèque. S’il n’y a pas de motivation intrinsèque à la base, travailler en se donnant à 100 % est plus difficile.

L'argent n'est pas le moyen le plus efficace pour motiver des employés au même titre que le solfège ne l'est pas pour apprendre le piano
Comme l’argent, le solfège ne doit pas être votre motivation première pour être productif

Commencer par le solfège ou mettre trop l’accent dessus reviendrait à travailler uniquement pour de l’argent, sauf que la récompense serait le piano.  À l’inverse, apprendre en jouant vient changer la motivation sur l’activité que l’on est en train de faire. C’est beaucoup plus efficace

Courrez vers les bons lapins

Avoir des objectifs et prendre du plaisir est important. Les deux vont de pair et forment un cercle vertueux. Plus vous atteindrez vos objectifs, plus vous y prendrez plaisir et plus vous aurez envie d’en atteindre d’autres. Un objectif peut être de jouer un nouveau morceau que vous aimez ou encore de progresser en lecture à vue qui est le fait de pouvoir lire une partition instantanément, sans l’avoir travaillée au préalable. C’est différent du solfège qui est seulement la connaissance et la mémorisation des différents éléments sur la partition. La lecture à vue va au-delà, c’est être capable de reproduire instantanément sur son instrument la partition. Progresser en lecture à vue est beaucoup plus gratifiant, il est très agréable d’être capable de jouer des partitions sans jamais les avoir travaillées. Bien sûr il faut savoir lire les notes, mais l’apprentissage peut se faire en même temps. Ce n’est pas en apprenant les notes qu’on va être capable de beaucoup progresser, mais c’est en les jouant.

Ma méthode de piano a pour objectif d’écrire des morceaux à la fois simples et jolis alors que sur le marché, les méthodes de piano offrent souvent soit l’un soit l’autre. L’idée est de jouer un morceau par jour, d’être capable d’assimiler les 80% du morceau en une journée, puis de passer à la suite en y revenant les jours suivants. Mes morceaux ne comportent que quelques notes par main. On focalise notre attention sur 7 à 8 notes, ce qui fait beaucoup moins d’informations à assimiler et vient accélérer le processus d’apprentissage. La méthode permet d’avoir un but quotidien : tous les jours un nouveau morceau. Même si le morceau ne dure que 30 secondes, la motivation est grande, car une nouvelle musique est découverte chaque jour et l’objectif est de la jouer à la fin de la journée. En suivant ces conseils, tout le monde devrait être capable de jouer un petit morceau dès le premier jour, même sans avoir fait de piano avant.

Recherchez le plaisir

Le plaisir vient booster vos progrès parce que vous aurez plus envie de jouer, mais aussi parce que vous ressentirez plus d’émotions. Les émotions que la musique suscite en nous, ou que tout apprentissage éveille, vient déclencher la production d’hormones, telles que la dopamine ou les endorphines. Le cocktail d’hormones produit vient stimuler la plasticité neuronale et l’apprentissage à court, moyen et long terme. C’est là tout l’intérêt de ma méthode, les morceaux sont à la fois simples pour permettre de les jouer rapidement et réussir ses objectifs, mais ils sont aussi agréables musicalement. On peut donc transmettre des émotions par ces morceaux, même s’ils sont simples.

Il est important de prendre du plaisir dès le début plutôt que se dire qu’on en prendra plus tard. Trop mettre l’accent sur le solfège revient à s’infliger cette « punition ». Vivre et profiter du moment présent en apprenant d’une manière agréable va non seulement améliorer l’apprentissage, mais aussi vous donner plus envie d’apprendre et c’est encore un cercle vertueux. On peut être très bon en solfège et ne pas savoir lire une partition avec son instrument. En être capable requiert des automatismes qui se développent en jouant et non d’un point de vue théorique. Quand j’étais au conservatoire et que j’ai obtenu mon Certificat de Fin d’Études Musicales en solfège, j’étais très mauvais en lecture à vue. Et maintenant, je suis capable de lire instantanément des morceaux où je dois jouer environ 10 notes par secondes alors que je ne pourrais en lire que quelques-unes à voix haute.

Développez des automatismes de pianiste

Il faut à terme faire le lien de la partition aux doigts et non passer par une étape intermédiaire. En mettant trop l’accent sur le solfège, on est capable de lire toutes les notes et les rythmes, mais on n’est pas capable de les jouer et de les ressentir vraiment. Rien de mieux que la musique pour consolider cet apprentissage. Ce n’est pas en tapant sur une table avec un crayon pendant les cours de solfège que l’on va exceller en rythme et les ressentir profondément. Cet apprentissage doit être accompagné de pratique, voire tout simplement supprimé. La pratique rythmique peut se faire à l’instrument avec des exercices si besoin pour des rythmes qui sont difficilement appréhendables.

Maintenant, comment faire pour apprendre le piano sans passer par la case solfège ?

L’idée n’est pas de le supprimer complètement, mais plutôt de n’apprendre que ce qui est nécessaire sur le moment et de tout de suite l’appliquer au piano. Vous pouvez isoler les nouvelles notes d’un morceau en apprenant à les lire dans tous les sens puis les mettre en pratique. Si vous avez do, ré, mi, fa et sol à la main droite par exemple, vous pouvez les écrire sur une portée (vous pouvez télécharger du papier musique sur internet) dans un ordre aléatoire pendant une ligne et les relire plusieurs fois, de plus en plus vite. En lisant une ligne 3 à 4 fois vous aurez déjà lu chaque note une vingtaine de fois, ce qui est largement suffisant pour bien mémoriser. Cela ne vous prendra que quelques minutes avant de commencer un morceau et vous n’aurez plus besoin de le faire sur ces notes après quelques jours, car vous les aurez assimilées. Je conseille d’apprendre de nouveaux morceaux très régulièrement, même un par jour, afin de constamment se confronter à de nouvelles difficultés et s’y adapter. L’apprentissage n’est rien d’autre que de l’adaptation.

Vous pouvez même décider de ne même pas passer par la case lecture et tout de suite apprendre avec le morceau. Il suffit de lire les notes quelques fois directement sur le morceau, les jouer à la main droite seule, puis la main gauche et enfin mains ensemble*. Passez directement à la pratique ! En changeant de morceau très régulièrement, vous vous adaptez à différents contextes.

* L’idéal est de tout de suite commencer mains ensemble, mais c’est difficile au début de l’apprentissage.

Apprendre à lire avec une feuille et un crayon sur des notes ciblées est intéressant, car on développe plus notre « lecture absolue ». J’appelle lecture absolue le fait de pouvoir immédiatement identifier une note sans avoir besoin de la comparer avec un autre point de repère que l’on connaît (par exemple le sol qui est la deuxième ligne en clé de sol). Quand on a les doigts sur le piano, il est facile de comparer les notes entre elles et de ne pas les lire (ce que j’appelle « lecture relative »). Et c’est d’ailleurs ce qu’il faut faire pour lire plus vite. Je suis pour ma part totalement incapable de lire le nom de toutes les notes à la vitesse où je joue la musique. Je pense aller 4 fois plus vite en lecture à vue, ceci est dû à des automatismes développés à force de lire de la musique. Quand je vois do mi sol do par exemple, ce ne sont pas quatre notes, mais un accord, une et une seule information. Tous les bons lecteurs font ça. La lecture relative est très puissante, cependant elle est fragile si la lecture absolue n’est pas sue au préalable.

Cette technique ne doit pas être assimilée à du solfège à proprement parler, mais elle doit être vue comme un petit exercice qui va venir accélérer au début vos progrès au piano.

Choisissez ce qui est bon pour vous

Vous pouvez essayer ces deux façons d’apprendre et comparer vos ressentis et votre progression. De manière générale, il est important d’écouter ce que l’on ressent et de trouver sa propre manière d’apprendre. Il existe évidemment beaucoup de principes généraux. Il est important de les comprendre, de les appliquer et de garder ce qui est le mieux pour vous. C’est en essayant des façons différentes d’apprendre que vous allez découvrir des techniques qui fonctionnent pour vous. C’est la somme de ce que vous allez retenir qui va faire que vous allez progresser bien plus vite, mais aussi qui va vous permettre de développer une plus grande sensibilité musicale.

Que vous ayez déjà essayé de vous mettre au piano ou pas, oubliez toutes ces idées reçues sur le solfège et mettez-vous à la pratique ! Choisissez des morceaux qui vous plaisent et commencez à jouer les plus faciles. Le plus simple et rapide est de suivre tout simplement ma méthode où vous serez guidé pas à pas dans votre apprentissage, mais vous pouvez aussi trouver des partitions gratuites et commencer à jouer les morceaux les plus faciles qui vous font envie. Ne vous embrouillez pas trop avec le solfège et ne perdez jamais à l’esprit que vous avez envie d’apprendre le piano et non le solfège. Ça reviendrait à apprendre une langue étrangère par la grammaire et des listes de vocabulaire sans jamais pratiquer ou lire et écouter la langue. Ça vous rappelle quelque chose ? Oui, notre système scolaire est aussi inefficace en langues qu’en musique malheureusement. Maintenant que vous avez les clés, foncez !

Je vous laisse avec une image d’une star du jazz qui n’a pourtant jamais appris le solfège tout simplement parce qu’il était aveugle. Ça ne l’a pas empêché d’avoir la carrière que l’on connaît. 🙂

Ray Charles étant aveugle ne connaît pas le solfège !
Ray Charles n’a jamais pu apprendre à lire la musique
Partagez cet article !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Profitez d'un cours vidéo gratuit et jouez votre premier morceau en 30 minutes !

1) Je vous montre les notes au piano et comment les apprendre

2) Je vous explique la partition en vous donnant des astuces pour apprendre à la lire

3) Je montre au piano comment apprendre à jouer le morceau !

A l'issue de ce cours vidéo, vous serez capable de jouer votre premier morceau !

 

You have successfully subscribed to the newsletter

Une erreur est apparue. Essayez à nouveau.

Piano Gourou will use the information you provide on this form to be in touch with you and to provide updates and marketing.